Le jardin historique et la gestion écoresponsable : l’exemple des jardins du domaine de Chantilly

Le domaine de Chantilly

Depuis une dizaine d’années, les jardiniers des domaines historiques convertissent progressivement leur pratique vers une gestion écoresponsable. Véritable défi pour ces jardiniers en charge de lieux qui appellent à la perfection, le gestion écoresponsable inscrit le jardinier contemporain dans le lignage des jardiniers qui ont créé puis entretenu ces jardins devenus musées de verdure à l’instar des jardins de Chantilly.

L’éco-gestion est un défi pour le jardin historique

Les jardiniers des jardins historiques ont la lourde et passionnante tâche d’entretenir des lieux intemporels, qui sont une liaison entre des époques passées et nous, promeneurs contemporains. Les jardins du domaine de Chantilly, de par la diversité de leurs aménagements, sont un parfait exemple de ce que signifie maintenir avec constance un patrimoine vivant. Connaissance des végétaux, des sols, maîtrise de l’arrosage, de l’art de la taille, lutte contre les nuisibles et les maladies, etc. sont autant de tâches et de savoir-faire qu’il faut déployer à l’année sur 115 hectares et adapter aux espaces selon qu’ils sont aménagés à la française, à l’anglaise ou en espaces couverts forestiers.

Domaine de Chantilly
Domaine de Chantilly

Les jardiniers du domaine de Chantilly pratiquent la gestion écoresponsable au quotidien

Depuis 10 ans, les pratiques horticoles évoluent suite à une prise de conscience des enjeux environnementaux. Les jardiniers professionnels ont pris part à cette évolution en introduisant au fur et à mesure la gestion écoresponsable dans leur démarche.
La philosophie des jardiniers du domaine de Chantilly n’est plus de lutter contre la Nature comme cela a pu se faire dans le passé, mais de travailler en collaboration avec elle. Ainsi, les traitements phytosanitaires ont été abandonnés au profit de produits respectueux de la biodiversité. Ce changement a pour vertu de rétablir tout un écosystème utile au jardinier : insectes, oiseaux, grenouilles, etc. Le respect des ressources est également pris en compte : les déchets végétaux sont convertis au maximum notamment grâce à la technique du paillage (ou mulch) qui non seulement nourrit les sols mais permet aussi une maîtrise des arrosages, donc de la consommation d’eau limitée par ailleurs grâce à d’autres méthodes. Si l’éco-gestion est une nécessité et un défi stimulant à relever, elle représente aussi un surplus de travail pour l’équipe de jardiniers. C’est pourquoi, en plus de son intérêt écologique, l’éco-pâturage a-t-il fait son apparition sur le domaine de Chantilly pour aider à la tonte.

L’éco-gestion des jardins historiques n’est pas un phénomène de mode

Malgré les difficultés auxquelles l’éco-gestion confronte les jardiniers des jardins historiques, ils persévèrent dans cette voie car elle est cohérente à double titre. Premièrement, l’éco-gestion est une manière de faire vivre et de préserver le métier de jardinier et le patrimoine que constituent les savoir-faire horticoles développés sur plusieurs siècles. Deuxièmement, le jardinier est toujours en quête d’innovation, et l’éco-gestion, si elle fait appel à des pratiques ancestrales, est une innovation car pour se dispenser des traitements chimiques et utiliser les ressources de manière responsable, il faut faire preuve d’audace, d’ouverture et de ténacité.
L’éco-gestion des jardins historiques n’est pas un phénomène de mode. Pour signifier l’inscription de leur démarche dans la durée, les jardins du domaine de Chantilly ont rejoint en 2017 la communauté des Jardins de Noé.

Les jardiniers du domaine de Chantilly sont conscients que leur engagement dans la voie de l’éco-gestion n’est qu’un début. Ils espèrent que leur approche scientifique à grande échelle fera écho auprès des jardiniers amateurs.

En savoir plus

Site internet Facebook Tarifs