Sur commande de Nicolas Fouquet, Surintendant des Finances de Louis XIV, trois génies de l’art français : Le Vau, Le Nôtre et le Brun ont créé ensemble, entre 1652 et 1661, Vaux le Vicomte, le chef d’oeuvre où le bâti et le jardin sont indissociables.

André Le Nôtre

De tous les jardins créés par André Le Nôtre, c’est celui de Vaux-le-Vicomte où l’on découvre le plus clairement le génie de cet architecte paysagiste.

Pour la première fois, Le Nôtre réalisa sur un espace rectangulaire de 33 ha, obéissant à un axe unique de 1500m, la grammaire du jardin classique dont il déclina partout ailleurs les exercices et les variations.

Les terrasses qui entourent le château sont ornées de fleurs et de broderies de buis et les suivantes sont constituées de pelouses. Ce programme végétal est agrémenté de surprises sous forme d’échappées latérales, d’illusions qui manipulent la vision et les distances. Et partout, de l’eau, en abondance, dormante ou jaillissante, totalisant aujourd’hui 9 ha répartis en 24 bassins ( contre 40 en 1661 )

Exposition dans les jardins

Dans les sous-sols du château une exposition dédiée à l’oeuvre de Le Nôtre recrée l’atmosphère d’un jardin à la française et permet aux visiteurs de découvrir les principales oeuvres du paysagiste – jardinier qui ornent les environs de Paris.

L’exposition s’achève par une extraordinaire maquette interactive racontant la création des jardins de Vaux, et soulignant les règles qui caractérisent l’oeuvre de Le Nôtre.

Trois siècles après sa création, la nature avait repris ses droits et anéanti le jardin; quant aux bâtiments, ils semblaient voués aux démolisseurs lorsqu’en 1875, Monsieur Alfred Sommier racheta le domaine et le restaura entièrement. Ses descendants directs, les Vogüé, s’efforcent de poursuivre cette œuvre en la partageant avec le public.