Le jardin exotique de la Villa Ephrussi de Rothschild, une parenthèse inattendue

Le jardin exotique de la villa Ephrussi de Rothschild

En ce début de XXe siècle, quand à la Belle Époque la Riviera se couvre des « folies » de riches commanditaires, la baronne Béatrice Ephrussi de Rothschild est charmée par la pointe de Saint-Jean-Cap-Ferrat. Le promontoire, sauvage alors, est toutefois aride et ce n’est qu’au prix de travaux titanesques qu’est créé un lieu amène, composé d’une demeure aux dominantes roses et d’un jardin richement fleuri. De forme oblongue, le jardin, tel le pont d’un bateau, est une invitation au voyage : un jardin à la française organise l’ensemble subdivisé en jardins thématiques dont le dépaysant jardin exotique.

Le jardin exotique, une immersion en zone aride

La végétation luxuriante de cactées dans le jardin exotique de la villa Ephrussi
La végétation luxuriante de cactées dans le jardin exotique de la villa Ephrussi

Le site choisi par la baronne Ephrussi de Rothschild pour édifier sa villa est un site d’exception qui a la Mer Méditerranée pour horizon et le massif de l’Estérel comme toile de fond. Ce cadre idyllique, entre terre et mer, n’est pas sans rappeler les descriptions des villas antiques de Pline le Jeune puis, à la Renaissance, celles de Leon Battista Alberti.
Tout au long du XXe siècle, le domaine a connu des périodes de fastes, il a aussi surmonté des moments d’oubli pour se développer aujourd’hui sur 7 ha suite aux nombreux ajouts qui ont été opérés. Mais bien que situé dans une région au climat réputé clément, le jardin a maintes fois montré sa fragilité comme en 1985, lorsque les fortes gelées ont causé la perte de la presque totalité des spécimens plantés dans le jardin exotique (anciennement dit jardin mexicain).
Créer un jardin de ce type en France n’est pas chose commune. En effet, plusieurs facteurs doivent être réunis : ensoleillement, chaleur, aridité, terrain escarpé pour favoriser le drainage, abri du vent. Or il s’avère que le sol de Saint-Jean-Cap-Ferrat, originellement ingrat, réunit les conditions pour planter et faire croître une luxuriante végétation de plantes succulentes, de cactées gigantesques et autres espèces dites xérophytes. Le jardin exotique est pour le visiteur l’occasion d’une immersion en zone aride où les formes surprenantes des troncs, les feuilles lisses ou épineuses, énormes ou petites, rondes ou fuselées, le camaïeu de verts, les teintes vives des fleurs… suscitent l’admiration et l’étonnement. Les sentiers escarpés et sinueux qui parcourent le jardin exotique le mèneront par la suite dans des univers tout autre, soit vers la douceur de la Roseraie, soit vers le familier jardin provençal ou l’apaisant jardin japonais.

Ainsi, étant donnée la diversité des styles qui sont représentés à la villa Ephrussi de Rothschild, parler « des jardins » serait plus juste car ce ne sont pas moins de huit styles de jardin que le promeneur est convié à découvrir : jardin à la française, jardin florentin, jardin espagnol, jardin exotique, jardin lapidaire, jardin provençal, jardin japonais et roseraie. Toute la curiosité, l’éclectisme et l’excentricité de la baronne Béatrice Ephrussi de Rothschild, figure emblématique de la Belle Époque, s’illustre ici.

Enregistrer

En savoir plus

Site internet Facebook Tarifs