La Roseraie

roseraie eyrignac

La Naissance de la Roseraie

Récoltée dans la nature puis cultivée dans les premiers jardins pour ses propriétés médicinales et son parfum, la rose reste la « reine des fleurs » appréciée par toutes les générations de jardiniers. Elle était cultivée en Chine il y a 5000 ans, puis chez les Egyptiens, les Grecs et les Romains.

Cultivée à Provins où la rose gallique fut rapportée des Croisades, ses vertus lui donnèrent une place de choix dans les jardins des simples au Moyen-Âge. Au fil des découvertes botaniques, les nouvelles espèces et variétés importées furent introduites dans les grands jardins d’Europe où on les soignait avec une attention particulière en leur réservant un espace au sein des parterres classiques.

Leur succès grandissant, elles furent multipliées et hybridées, et prirent ainsi une place de plus en plus importante dans les jardins. Si bien que le terme de Roseraie apparut, pour désigner le lieu consacré à la réunion de toutes ces beautés botaniques ou créées par les rosiéristes.

La Roseraie, un style à part

De grandes roseraies virent ainsi le jour, autant dans les jardins de châteaux et demeures privées que dans les jardins botaniques des villes. L’une des plus célèbres, la Roseraie de l’Haÿ les Roses, aujourd’hui appelée Roseraie du Val de Marne, rassemble la plus importante collection de roses anciennes au monde. Elle a été dessinée par Edouard André, célèbre paysagiste du XIXème siècle, à la demande d’un collectionneur passionné, Jules Gravereaux.

Roseraie Villa Ephrussi Rothschild
Roseraie Villa Ephrussi Rothschild

Son dessin reprend la trame caractéristique de ce type de culture, suivie depuis des siècles en France. Les parterres classiques bordés de buis mettent en valeur les pieds de rosiers juxtaposés les uns aux autres, dans un souci d’ordonnance rigoureuse permettant de distinguer chaque variété. De grandes pergolas métalliques et de hauts treillages d’art sont habillés de roses lianes et grimpantes, allées gravillonnées et pelouses servent de fond homogène à ce tableau fleuri.

De la roseraie au jardin de roses

Ce style se retrouve à la Roseraie de Bagatelle et dans les nombreuses roseraies classiques aujourd’hui ouvertes à la visite. La disposition des rosiers sur terre nue ou sur pelouse rase facilite le travail d’entretien de ces imposantes collections qui ont su préserver les variétés au fil des siècles. C’est aussi le style qui a été privilégié dans les roseraies des grands domaines privés, de façon à intégrer la roseraie au jardin classique.

Roseraie château de Chenonceau
Roseraie château de Chenonceau

La roseraie de la Villa Ephrussi de Rothschild s’inscrit dans cette démarche. En Angleterre par contre, la passion des jardiniers pour les plantes vivaces a engendré dès le départ un style un peu différent. Au lieu d’être seules dans leurs parterres, les roses s’entourent là-bas des feuillages et floraisons de multiples vivaces.

Ces mariages, de plus en plus recherchés, conjugués au style paysager des jardins anglais ont fini par donner l’idée de créer des jardins de roses : non plus simples roseraies de collection, ces jardins invitent à un parcours sensuel parmi les parfums et les couleurs, les cascades fleuries et les silhouettes contrastées.

Les Roseraies, Anciennes et modernes

Roseraie classique ou jardin de roses, tout espace dédié à la reine des fleurs comprend aujourd’hui des variétés anciennes, modernes et des rosiers botaniques. Les premières ont été obtenues pendant la grande période d’hybridation des roses, se situant de la fin du 18ème siècle aux années 1930. Bien touffues, elles recèlent souvent des parfums enivrants en ouvrant des corolles très fournies en pétales, doubles, très doubles ou « chou », souvent répartis en quartiers autour du cœur. Beaucoup fleurissent une seule fois dans la saison, en juin.

Roseraie jardin du château de Breteuil
Roseraie jardin du château de Breteuil

Les roses modernes créées après les années 50 se sont fait remarquer par des corolles de forme turbinée, portées seules sur des tiges raides. Mais depuis une quinzaine d’années, les rosiéristes ont repris le style des roses anciennes pour leurs nouvelles créations, dont les floraisons continuent durant l’été ou remontent en septembre. Les différences entre les deux styles s’estompent donc de plus en plus, ce qui permet d’avoir des animations de qualité de mai à octobre.

Les rosiers botaniques offrent enfin leur grande résistance, leur silhouette sauvage et leurs fructifications pour compléter ce panorama charmeur.

NOS JARDINS DE ROSES